4 février 2015

Tout s'explique

​La violence extrême de l'État islamique

Pourquoi diffuse-t-il des vidéos d'exécutions atroces ?

Le groupe État islamique (EI) a diffusé mardi soir une vidéo d'un homme brûlé vif dans une cage, assurant qu'il s'agissait du pilote jordanien capturé fin décembre. Une vidéo publiée le même jour montrait la chute d'un homme du haut d'un immeuble, suivie par sa lapidation. Il était accusé d'avoir eu une liaison homosexuelle. La violence de ces vidéos, ainsi que celles des précédentes exécutions, ont deux objectifs principaux, explique un récent rapport de l'ONU : intimider la population civile dans les zones que l'EI contrôle, mais aussi attirer des potentielles recrues ou donateurs à travers le monde. L'EI cherche à se poser en principal adversaire de l'impérialisme occidental et supplanter Al-Qaïda. Selon Barack Obama, l'exécution du pilote jordanien n'est "qu'une indication de plus du vice et de la barbarie de cette organisation".

Comment l'État islamique utilise Internet ?

Les djihadistes utilisent Internet comme moyen de communication depuis longtemps, mais l'EI se démarque en se montrant plus offensif et plus violent. Ses membres n'hésitent pas à manipuler les images pour choquer. Parmi les techniques utilisées : la saturation de la couleur du sang ou l'ajout de corps manuellement pour donner l'impression de massacres de masse. Ils se servent de Twitter et Facebook pour revendiquer leurs actes. Au moins 45 000 comptes Twitter de partisans et de combattants servent la propagande de l'État islamique, selon le ministère américain des Affaires étrangères, avec le risque de révéler trop d'informations sur leurs positions.

Quel impact sur les populations locales ?

Les combattants de l'EI poussent régulièrement les jeunes à regarder des vidéos de massacres. À Alep (Syrie), souligne le même rapport de l'ONU, ils ont obligé 153 adolescents kurdes à visionner des vidéos de décapitations pendant cinq mois. L'EI oblige également les civils à assister aux exécutions publiques. Cette stratégie est conçue pour instiller la terreur dans la population, afin de la contraindre à coopérer avec le groupe. Le risque de cette stratégie est de provoquer une réaction qui pourrait se retourner contre l'EI. En 2006, la violence d'Al-Qaïda en Irak avait encouragé une rébellion locale.