10 février 2015

Ça alors

Être chauffeur de bus en Syrie

C'est devenu l'un des métiers les plus dangereux du monde : chauffeur de bus en Syrie. The Telegraph, quotidien britannique, raconte le quotidien de deux d'entre eux, Mohammed et Abed. Ils traversent la Syrie en direction d'Alep et de Raqqa, deux villes toujours reliées à Beyrouth par les transports en commun. Dans un sens, ceux qui veulent venir en aide à leurs proches, ou voir ce qu'il reste de leur domicile. Dans l'autre, des familles qui tentent de fuir les combats. Mohammed et Abed traversent les champs de bataille. Ils doivent éviter les djihadistes de l'État islamique et les combattants pro-Assad. Certains de leurs collègues ne sont jamais revenus.