19 février 2015

C'est leur avis

​Pour une sortie de l'euro « amicale »

L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing estime dans une interview aux Échos que l'économie grecque ne peut se redresser sans une monnaie dévaluée et plaide pour une sortie de l'euro « dans un esprit amical ».

« La question fondamentale est de savoir si l'économie grecque peut repartir et prospérer avec une monnaie aussi forte que l'euro. La réponse est clairement négative. Mais au lieu de se concentrer sur ce sujet de fond et d'y répondre, les Européens se focalisent sur la dette grecque. […] La Grèce ne peut régler ses problèmes aujourd'hui que si elle retrouve une monnaie dévaluable. Il faut donc envisager ce scénario très calmement, à froid, dans l'intérêt de la Grèce elle-même. […] En quittant l'usage de l'euro, elle ne ferait que rejoindre des pays comme le Royaume-Uni, la Suède, la République tchèque, etc. , qui ne l'ont pas adopté. » Valéry Giscard d'Estaing