21 février 2015

Tout s'explique

Le piratage des cartes SIM

Comment le piratage a-t-il été révélé ?

Les agences de renseignement américaine (NSA) et britannique (GCHQ) ont piraté Gemalto, le plus gros fabricant de cartes SIM au monde, afin d'espionner des communications téléphoniques, affirme le site d'investigation The Intercept. Ces révélations s'appuient sur des documents confidentiels fournis par le lanceur d'alerte Edward Snowden. Le site américain est dirigé par le journaliste d'investigation Glenn Greenwald, déjà auteur des enquêtes sur le système d'écoutes mondiales de la NSA. Lancé en février 2014, ce média est financé par le milliardaire Pierre Omidyar, fondateur d'eBay.

Comment les cartes SIM ont-elles été piratées ?

Selon The Intercept, les agences se sont infiltrées dans les réseaux informatiques de l'entreprise française et dans les échanges électroniques privés de certains employés entre 2010 et 2011. Les espions auraient ainsi récupéré les clés de cryptage permettant de déchiffrer les communications passées via les opérateurs clients de Gemalto, tels que Orange, Vodafone ou Deutsche Telekom.

Pourquoi la France est-elle au centre de l'affaire ?

Le siège social de Gemalto se trouve aux Pays-Bas, mais la France est le centre de son activité internationale. Le titre est coté au CAC 40. Depuis 2006, le groupe est dirigé par le Français Olivier Priou. Il écoule deux milliards de cartes SIM par an, fournissant 450 opérateurs dans 85 pays. L'entreprise affirme qu'elle n'était pas au courant et indique qu'elle prend « très au sérieux » les affirmations de The Intercept.