21 février 2015

Ça alors

Le cireur de chaussures justicier de Twitter

Après avoir perdu son emploi de graphiste à cause de la crise, l'Espagnol Javier Castaño gagne sa vie en cirant des chaussures. Passionné d'Internet, il s'est inscrit sur Twitter peu après son lancement et s'est aperçu que de nombreux comptes de villes ou de pays étaient disponibles : Malaga, Madrid, Rome, Andalousie, Canada… Pour éviter qu'ils tombent dans de mauvaises mains, il les a créés entre 2006 et 2007 et a cherché à les reverser à leurs titulaires légitimes, sans réclamer de compensation. L'Espagnol de 50 ans entend ainsi lutter contre le « cybersquatting », une pratique qui consiste à enregistrer un nom pour se l'approprier ou pour gagner de l'argent. Un utilisateur dit ainsi avoir empoché en 2010 une somme à « six chiffres » en revendant le compte Twitter @Israel.