2 mars 2015

Tout s’explique

Les conséquences du meurtre de Boris Nemtsov

Qui était Boris Nemtsov ?

Assassiné par balle vendredi à Moscou, Boris Nemtsov, 55 ans, était l'un des principaux opposants à Vladimir Poutine. Homme politique libéral, il a été vice-Premier ministre sous Boris Eltsine. Son passé faisait de lui l'un des rares leaders de l'opposition à même de revendiquer une expérience du pouvoir. La marche organisée hier en son hommage a attiré plusieurs dizaines de milliers de Moscovites. C'est la plus forte mobilisation de l'opposition depuis la réélection de Poutine en 2012.

Comment a réagi le Kremlin ?

Depuis 2000, au moins dix opposants à Vladimir Poutine ont été assassinés. Dans son éditorial, le Monde estime aujourd'hui que « l'on ne saura probablement jamais qui a donné l'ordre de tuer Boris Nemtsov », pas plus que ceux qui ont fait abattre la journaliste Anna Politkovskaïa en 2006. Pour tenter d'éloigner les soupçons, Vladimir Poutine a promis de superviser lui-même l'enquête. Une porte-parole du Kremlin a parlé de « provocation » et l'agence de presse étatique Ria-Novosti évoque une machination : « C'était le but, tuer à côté du Kremlin de sorte que certains puissent en tirer des conclusions. »

Qui incarne désormais l'opposition à Poutine ?

Boris Nemtsov représentait l'une des principales figures de l'opposition démocratique, aux côtés du blogueur Alexeï Navalny, en prison pour deux semaines, et du champion d'échec Garry Kasparov, exilé à l'étranger. D'autres ont un temps représenté l'opposition, mais ont été été réduits au silence ou contraints d'émigrer, comme l'oligarque Mikhaïl Khodorkovski aujourd'hui en Suisse après une peine d'emprisonnement de dix ans. Jeudi dernier, il a appelé à mettre « fin à l'ère Poutine ».