3 mars 2015

Tout s’explique

Un plan Valls contre la pauvreté

Quel est le nouveau dispositif ?

Le Premier ministre Manuel Valls a présenté cet après-midi un projet de « prime d'activité » pour les bas salaires, en remplacement de la prime pour l'emploi (PPE) et du « RSA activité ». Il vise à simplifier le système actuel et à privilégier, à enveloppe constante (4 milliards d'euros par an), l'aide aux travailleurs les plus modestes. Sa mise en place est prévue en 2016. Géré par les caisses d'allocations familiales et versé mensuellement, le nouveau dispositif touchera environ quatre millions de personnes, contre plus de 6,3 millions actuellement.

Pourquoi changer de mécanisme ?

Dans un rapport de 2011, la Cour des comptes reprochait à la PPE, un crédit d'impôt versé en septembre, de viser un public trop large. Deux types de RSA sont actuellement en vigueur. Le « RSA socle », destiné aux personnes ne travaillant pas, va continuer à exister. C'est le « RSA activité », qui apporte un complément de revenu aux travailleurs modestes, qui doit être remplacé. Un rapport du Centre d'étude pour l'emploi (un organisme public) le décrivait fin 2013 comme une « usine à gaz », la complexité des démarches décourageant bon nombre d'allocataires potentiels.

Qui pourra toucher la prime ?

La nouvelle prime d'activité bénéficiera à ceux qui gagnent jusqu'à 1 400 euros net par mois. Les 2,3 millions de bénéficiaires actuels de la PPE dont le salaire se situe au-dessus de ce seuil ne seront plus concernés. Le gouvernement se justifie en expliquant que la perte se résumera pour eux à une dizaine d'euros par an en moyenne. Les jeunes seront éligibles dès 18 ans, tandis que le « RSA activité » actuel est réservé aux plus de 25 ans.