5 mars 2015

C’est leur avis

​Le capitalisme se mord la queue

Le capitalisme vit un renversement. Les grandes entreprises américaines, européennes dans une moindre mesure, gagnent tellement d'argent qu'elles rachètent leurs propres actions, enrichissant ainsi leurs actionnaires plutôt que d'investir pour préparer le futur. Pour l'éditorialiste des Échos Jean-Marc Vittori, c'est le signe d'un capitalisme en panne de projet qui « se mord la queue », à tel point qu'on peut se demander si les grandes innovations viendront toujours des entreprises.

« Le projet, l'investissement et le partage des risques ont été la raison d'être de la société par actions, pour financer une mine de cuivre en Suède dès le XIIe siècle, les grandes routes maritimes au XVIe siècle, les usines et les machines de la révolution industrielle au XIXe siècle. Aujourd'hui, le projet disparaît peu à peu des grandes entreprises cotées. Leurs actionnaires ne sont plus là pour apporter de l'argent, mais pour en extraire. » Jean-Marc Vittori