6 mars 2015

Tout s'explique

Le barrage de Sivens revu et corrigé

Que va-t-il en advenir ?

Le Conseil général du Tarn a voté ce matin en faveur de la construction d'un barrage plus réduit que dans le projet initial. La retenue d'eau prévue est deux fois moins volumineuse que dans la première version du projet, écartée mi-janvier par le gouvernement. Les forces de l'ordre sont intervenues en début d'après-midi pour déloger les opposants qui occupaient le site depuis plusieurs mois. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a indiqué qu'il avait été totalement évacué « sans incident majeur ».

Quelle est la réaction des opposants ?

Le président de France Nature Environnement, organisation environnementale à laquelle appartenait Rémi Fraisse (le jeune opposant tué en octobre par le jet de grenade d'un gendarme), juge le nouveau projet « presque aussi incongru » que le premier. Même si l'investissement prévu, 6,5 millions d'euros, est en baisse de 2 millions d'euros. Les écologistes dénoncent toujours un coût environnemental élevé pour un faible nombre d'agriculteurs concernés par l'irrigation des terres.

Quelles sont les prochaines étapes ?

La résolution votée ce matin ne précise pas si le barrage sera construit à l'emplacement prévu, ou 300 mètres en amont, comme l'a suggéré la proposition alternative du rapport d'expert commandé par le ministère de l'Écologie. L'Europe aura également à se prononcer sur cette nouvelle mouture du projet. La Commission européenne a ouvert une procédure d'infraction début décembre visant la version initiale du projet et pointant une « détérioration prévisible de l'état écologique de la masse d'eau ».