16 mars 2015

Tout s’explique

Montée de la contestation au Brésil

Pourquoi les Brésiliens manifestaient-ils ?

Environ 1,5 million de Brésiliens ont manifesté hier contre la présidente Dilma Rousseff. Ils entendaient protester contre le scandale de corruption qui touche la coalition au pouvoir et la situation économique. La justice a ouvert une enquête début mars visant 49 hommes et femmes politiques, appartenant principalement au parti de la présidente et à son allié du centre. Ils sont soupçonnés d'avoir perçu des pots-de-vin de la compagnie pétrolière publique Petrobras pour financer des campagnes électorales. L'affaire a été révélée en septembre dernier dans l'hebdomadaire Veja, avec les dénonciations d'un ancien dirigeant de l'entreprise.

Dilma Rousseff est-elle concernée par les soupçons de corruption ?

Le nom de la présidente n'est pas cité par la justice dans le scandale Petrobras, mais l'opposition de droite pointe sa responsabilité au moment des faits. Dilma Rousseff a été ministre de l'Énergie, ministère de tutelle de Petrobras, et en a présidé le conseil d'administration. La présidente ne dément pas les transactions douteuses révélées dans des documents publiés par la presse. Elle se protège en indiquant les avoir approuvées sur la base de rapports erronés, rédigés par un directeur aujourd'hui accusé de corruption. Sa popularité est en chute depuis qu'elle a entamé son second mandat il y a trois mois. Un grand nombre de manifestants ont demandé hier une procédure de destitution.

Quelle est la situation économique du pays ?

La septième puissance économique mondiale est au bord de la récession. L'inflation est proche de 8 %, les déficits publics se sont creusés et la monnaie s'est dépréciée de 30 % en un an face au dollar. Réélue en novembre sur la base d'un programme social, la présidente s'est aliénée d'une partie de son électorat en annonçant une politique d'austérité. Reste le point fort de son bilan économique : un taux de chômage ramené à 5,5 %.