17 mars 2015

Tout s’explique

Une loi sur la biodiversité en débat

Quelle est l'ambition du gouvernement ?

Le projet de loi sur la biodiversité, examiné depuis hier et jusqu'au 19 mars par les députés, doit renforcer le texte sur la protection de la nature en vigueur depuis 1976. Il prévoit la création d'une Agence nationale de la biodiversité, chargée d'appuyer les collectivités locales et le secteur privé, pour une meilleure prise en compte de cette exigence dans les projets d'aménagements et d'infrastructures. Regroupant trois agences existantes (mais pas l'Office national de la chasse), elle exercera une fonction de police de l'eau et de l'environnement.

Quel est l'état des lieux en France ?

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal estime que la France a « une responsabilité particulière », notamment en raison de son espace maritime incluant les eaux au large des DOM-TOM. 21 % des espèces animales sont menacées en métropole et 15 % d'espèces vivant outre-mer sont en danger, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature, une ONG environnementale, qui estime que la France est au sixième rang des pays hébergeant le plus grand nombre d'espèces en danger. Parmi les causes : l'intensification des activités agricoles, la surpêche, la pollution, le changement climatique et les constructions de routes.

Pourquoi agir maintenant ?

Promesse de campagne du candidat Hollande, le projet de loi était initialement prévu pour l'automne 2013. La France est contrainte d'accélérer, en vue de la conférence mondiale sur le climat qu'elle présidera à la fin de l'année. Cette loi est aussi un gage donné aux écologistes dont le pouvoir cherche à regagner les faveurs.