20 mars 2015

Tout s'explique

Le point sur l’attaque de Tunis

Où en est l’enquête ?

L’attaque, hier, du musée du Bardo à Tunis a été revendiquée cet après-midi par le groupe djihadiste État islamique dans un enregistrement audio et un communiqué écrit. Neuf personnes suspectées d’avoir un lien avec l’attaque ont été arrêtées. La présidence tunisienne a précisé cet après-midi que quatre d’entre elles sont « en relation directe » avec l’opération qui a fait 23 morts, dont les deux assaillants. Les autorités disent avoir identifié les deux meurtriers tués par les forces d’intervention.

Qui sont les victimes ?

Parmi les victimes figurent 20 touristes et un Tunisien membre des forces de l’ordre. 47 personnes ont été blessées dans l’attaque. François Hollande a indiqué hier soir que deux Français avaient été tués, ajoutant que sept autres étaient blessés, dont un « dans un état grave ». Des Australiens, Britanniques, Colombiens, Espagnols, Italiens, Japonais et Polonais font partie des victimes. Parmi eux, des touristes qui voyageaient avec les croisiéristes Costa (3 morts) et MSC (9 morts) , dont les bateaux avaient fait escale à Tunis.

Quelles conséquences sur le tourisme ?

L’attaque est un nouveau coup dur pour le secteur, qui peine à retrouver son niveau d’avant la révolution de Jasmin en 2011. En 2014, on dénombrait 13 % de touristes de moins qu’en 2010. Selon l’Office du tourisme tunisien, le secteur représente 7 % du PIB et fait vivre 10 % de la population. Fin janvier, le ministère du Tourisme avait regretté que certains Français annulent leurs réservations après l’attentat contre Charlie Hebdo. L’essentiel des tour-opérateurs français, réunis au sein du syndicat Seto, ont décidé hier de suspendre toutes leurs excursions. Ce matin, Costa et MSC ont annoncé l’annulation de leurs escales à Tunis.