20 mars 2015

Tout s'explique

La vaccination des enfants reste obligatoire

Pourquoi le Conseil constitutionnel était-il saisi ?

Le Conseil constitutionnel a jugé, ce matin, que la vaccination obligatoire imposée en France contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), était « conforme à la Constitution ». Il précise qu'en imposant ces vaccins, « le législateur a entendu lutter contre trois maladies très graves et contagieuses ». Le Conseil avait été saisi d’une question prioritaire de constitutionnalité par l’avocat d’un couple convoqué en octobre devant le tribunal correctionnel d’Auxerre pour avoir refusé de vacciner sa fille de 3 ans. Les parents risquent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Qu’est-ce qui est reproché aux vaccins ?

Le couple plaide que les adjuvants des produits DTP sont toxiques et présentent des risques. La députée européenne Michèle Rivasi (EELV) et le pharmacien Serge Rader dénoncent des substances qui « entraîneraient des maladies ». Un argument rejeté par les autorités sanitaires. En 1998, un médecin britannique avait publié avec dix autres chercheurs un article établissant un lien de causalité entre le vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole) et l'autisme. Une enquête du Sunday Times a montré que cette publication était manipulée et ses dix coauteurs se sont désolidarisés de ses conclusions. Mais elle entretient toujours la méfiance.

Où les vaccins sont-ils critiqués ?

La France et l'Italie sont les seuls pays d'Europe de l'Ouest ayant rendu certains vaccins obligatoires. Aux États-Unis, où les États peuvent autoriser des dérogations, le débat est relancé avec la prise de position de deux figures du parti républicain en faveur du libre choix des parents. Le pays est touché par une épidémie de rougeole depuis le début de l'année. Un phénomène dû à la baisse de la couverture vaccinale, selon les autorités sanitaires. La propagation de la maladie, qui avait été éradiquée en 2000 dans le pays, est telle que Barack Obama en personne a appelé les Américains à se faire vacciner.