26 mars 2015

Ça alors

​Le miracle de la réduction du déficit

Manuel Valls s’est réjoui hier sur France 3 en annonçant un déficit public « autour de 4 % » du PIB en 2014, alors que la dernière projection du gouvernement, en décembre, était de 4,4 %. Un tel écart, analyse le journal les Échos, résulte d’une opération de communication décidée à l’été 2014. Voulant sortir « de la spirale des objectifs qui ne sont pas respectés » pour donner des gages de crédibilité à la Commission européenne, Bercy avait alors décidé de noircir le tableau, tout au long du deuxième semestre. Sa prévision de déficit est passée de 82 milliards d’euros dans le projet de loi de finances initial à 89 milliards en décembre. Qui plus est, ce résultat de 4 % doit être relativisé : en juin 2014, avant son « opération vérité », l’objectif du gouvernement était de 3,6 % pour 2014. En 2013, le déficit se chiffrait à 4,1 %, ce qui signifie que la réduction se limite à 0,1 point d’une année sur l’autre.