1er avril 2015

Tout s'explique

Alternance historique au Nigeria

Qui est le nouveau président ?

Muhammadu Buhari, général à la retraite de 72 ans, est devenu hier le nouveau président du Nigeria, première puissance économique d’Afrique et pays le plus peuplé avec 173 millions d’habitants. Il a battu le chef de l’État sortant, Goodluck Jonathan, dans l’élection la plus serrée de l’histoire du pays. Le Nigeria connaît ainsi sa première alternance démocratique. Buhari a déjà dirigé le pays pendant 20 mois, à la suite d’un coup d’État en 1983. Sa gestion dure s’était caractérisée par l’arrestation de nombreux opposants pacifiques. Il se dit aujourd'hui « converti à la démocratie ». La passation de pouvoir aura lieu le 29 mai.

Quel est son programme pour le pays ?

Buhari a axé sa campagne sur la lutte contre la corruption et les inégalités sociales. Il a promis de mettre fin aux détournements dans la production pétrolière, estimés à 10 % des barils. Sur le plan social, il a dénoncé un pays coupé en deux, avec « une économie réservée à une petite élite ayant tout, isolée sur son île de prospérité, et une autre, pour le plus grand nombre, dénuée de tout dans un vaste océan de misère ». Il a promis une couverture santé universelle. Musulman, alors que son prédécesseur était catholique, il s'était prononcé en 2011 pour une extension à l’ensemble du territoire de la charia appliquée dans les États du nord, avant de revenir sur cette idée.

Qu’est-ce que cela va changer avec Boko Haram ?

L’expérience militaire de Muhammadu Buhari est considérée comme un atout dans la lutte contre Boko Haram. Le groupe islamiste contrôle une portion du territoire dans le nord-est du pays. L’ancien général, qui a échappé à l’attaque d’un de ses convois en juillet, est opposé à toute négociation. Il devra redresser l’armée, minée par la corruption, et coordonner ses efforts avec celles du Tchad, du Cameroun et du Niger.