1er avril 2015

C’est leur avis

​Les risques du monolinguisme européen

Jean Quatremer, correspondant (de longue date) du journal Libération à Bruxelles, s’élève contre l’omniprésence de l’anglais au sein de la Commission européenne, alors que le français reste officiellement l’une des trois langues de travail de l’Union avec l'allemand.

« La domination de l’anglais dans les institutions européennes est devenue tellement “naturelle” qu’un ministre des Finances français, Michel Sapin, ne trouve pas étrange d’écrire en anglais au commissaire européen chargé des affaires économiques et monétaires, Pierre Moscovici, pourtant français. […] Désormais, des gens qui ne maîtrisent qu’imparfaitement l’anglais produisent des textes de basse qualité (les professionnels du droit s’en plaignent de plus en plus), parfois tout simplement incompréhensibles et donc intransposables en droit interne. [… ] Cela concourt à rendre l’Europe de plus en plus étrangère aux États qui la composent sans que cela rapproche la Grande-Bretagne de l’Europe, ironie de l’affaire. » Jean Quatremer