3 avril 2015

Tout s’explique

Accord historique sur le nucléaire iranien

Quels sont les termes de l’accord ?

Après plus d’un an de discussions, l’Iran et les pays occidentaux se sont mis d’accord, hier, sur un accord-cadre visant à empêcher le pays de se doter de l’arme atomique. Ce texte doit être prolongé dans les prochains mois par un accord définitif fixant les modalités d’application. L’Iran a accepté de réduire des deux tiers le nombre de centrifugeuses servant à transformer l’uranium et de ne pas construire de nouveaux sites d’enrichissement d’uranium pendant 15 ans. L’Agence internationale de l’énergie atomique (qui dépend de l’ONU) sera chargée de contrôler régulièrement tous les sites nucléaires. En échange, Washington et la communauté internationale s’engagent à un retrait des sanctions engagées contre l’Iran.

Pourquoi l’accord est-il fêté à Téhéran ?

La signature de l’accord a été fêtée hier soir dans les rues par la population de Téhéran. La déclaration de Barack Obama a été retransmise en direct par la télévision d’État, une première depuis 1979. La population attend beaucoup de la fin du régime de sanctions mis en place par les pays occidentaux. Ce régime, intensifié en 2006, touche de nombreux secteurs de l’économie : santé, finance, énergie, etc. La levée des sanctions permettrait à l’Iran de reprendre ses exportations de pétrole, un scénario anticipé par les marchés pétroliers : à l’annonce de l’accord, le cours du brut a chuté de 5 %.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Le chef de la diplomatie allemande a averti qu’il n’y avait « aucune garantie » d’un succès final. En effet, de nouvelles discussions attendent les négociateurs d’ici au 30 juin, date butoir fixée pour un accord détaillé. Il s’agira de préciser les engagements des uns par rapport aux autres, notamment en cas de non-respect des conditions. Il faudra ensuite un vote du Congrès américain, à majorité républicaine, pour valider la levée des sanctions. Barack Obama a déjà exhorté les parlementaires à ne pas s’opposer au processus diplomatique.