9 avril 2015

Ça alors

​Statues symboles d’un passé douloureux

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir depuis 20 ans en Afrique du Sud, a choisi de garder intactes les statues des anciens dirigeants blancs au nom de la réconciliation nationale voulue par Nelson Mandela. Ce maintien est aujourd’hui contesté par des étudiants et des militants radicaux, suscitant un débat sur le rapport au passé colonial et raciste du pays. Fin mars, des étudiants blancs et noirs de l’université du Cap ont obtenu de la direction l’enlèvement de la statue de Cecil Rhodes, homme politique et magnat des mines britannique, qui trônait à l’entrée. Des actes de vandalisme sont également commis contre certains de ces vestiges. Dimanche, c’est le piédestal de la statue de Paul Kruger, président de la République sud-africaine de 1883 à 1900, qui a été recouvert de peinture verte à Pretoria, la capitale du pays.