14 avril 2015

C’est leur avis

​Faire vivre les langues mortes

Dans la réforme du collège prévue pour 2016, l’enseignement du latin et du grec ne serait plus proposé en option, mais ferait l'objet d'un travail associant plusieurs disciplines. François Bayrou, qui redoute sa disparition pure et simple, a critiqué une décision « dégueulasse » et un « déni d’égalité des chances ». Une perspective qui suscite la critique plus subtile et ironique du philosophe Pascal Engel.

« On me dira que la connaissance des humanités contribue à l’éducation des citoyens. Mais quel rapport entre le monde ancien et le nôtre ? […] Qui, sur Facebook et Twitter parle latin ? Il n’y a même pas de mot pour désigner Internet en latin. Même les catholiques n’ont plus la messe en latin. [… ] Je ne demande pas qu’on détruise la Vénus de Milo. Mais avons-nous vraiment besoin d’appeler nos détergents “Ajax”, nos slips “Athéna” et nos foulards “Hermès” ? » Pascal Engel