22 avril 2015

Tout s’explique

La fin de l’offensive saoudienne au Yémen

Quel est le bilan de l’opération militaire ?

L’Arabie saoudite a annoncé hier la fin de l’opération aérienne « Tempête décisive » à laquelle participait une coalition de dix pays arabes au Yémen. Lancée le 19 mars, elle faisait suite aux appels à l’aide du président yéménite, en fuite en Arabie Saoudite depuis fin mars. Les frappes avaient pour but de contrer l’avancée des rebelles chiites houthis. L’opération a permis de détruire des armements et des infrastructures, mais a échoué à réinstaller au pouvoir le président et à déloger les rebelles de la capitale Sanaa. De nouveaux raids ont eu lieu ce matin malgré l’annonce.

Pourquoi cette décision de l’Arabie Saoudite ?

Si l’Arabie saoudite et ses alliés sunnites estiment avoir atteint leurs objectifs militaires, la dégradation de la situation humanitaire et l’alourdissement du bilan humain ont alimenté la pression internationale pour un arrêt des frappes. Le dernier décompte de l’Organisation mondiale de la santé fait état de 944 morts. Le Secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon avait appelé à un arrêt immédiat des combats la semaine passée. L’Arabie Saoudite a annoncé une nouvelle phase, baptisée « Restaurer l’espoir », visant la reprise du processus politique.

Qui contrôle le Yémen ?

Les rebelles maîtrisent toujours l’ouest du pays. L’est reste fidèle au président, tandis qu’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) dispose de plusieurs positions au nord et au sud. Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a estimé que l’opération menée par l’Arabie saoudite avait permis au groupe terroriste, ennemi traditionnel des Houthis, d’enregistrer des « avancées sur le terrain ». AQPA s’est emparé de la cinquième ville du pays, Al Mukalla, au début du mois. Son aéroport a été conquis jeudi.