29 avril 2015

Tout s’explique

Hollande renforce le budget de l’armée

À quoi servira l’augmentation des crédits de la défense ?

À l’issue d’un conseil de Défense exceptionnel, François Hollande a décidé d’accroître les dépenses militaires de 3,8 milliards d’euros entre 2016 et 2019. Il a annoncé la pérennisation de l’opération Sentinelle : depuis les attentats de janvier, 10 000 militaires protègent des sites sensibles pour un coût estimé à un million d’euros par jour. Leur nombre sera ramené à 7 000. 18 500 postes seront rétablis sur les 33 675 qui devaient être supprimés après le vote en 2013 de la loi de programmation militaire. Ce renfort a été jugé indispensable pour mener conjointement les opérations intérieures et extérieures. Quatre grands domaines verront leurs moyens accrus : la cyberdéfense, le renseignement, le combat aérien et le matériel des forces spéciales.

Comment seront financées les dépenses supplémentaires ?

François Hollande a souligné que cet effort « considérable tient compte des économies que nous avons pu constater dans le ministère », allusion aux effets de la baisse du prix du pétrole. Le gouvernement mise sur une prolongation de ces économies et sur une inflation faible. Les détails seront connus avec une loi rectificative qui sera présentée en Conseil des ministres le 20 mai.

L’armée va-t-elle louer son matériel ?

Reste également à trouver 2,2 milliards d’euros : le budget 2015 tablait sur la vente de fréquences aux opérateurs mobiles qui sera repoussée. François Hollande a exclu une solution alternative proposée par le ministre de la Défense, mais combattue par celui des Finances. Elle consistait à renflouer l’armée en lui rachetant du matériel (frégates et Airbus A400M) via des sociétés publiques spécialement créées, qui le lui auraient loué en retour.