30 avril 2015

Ça alors

En Corée, un fossé linguistique

De chaque côté de la zone démilitarisée, les Coréens du Nord et du Sud se comprennent de moins en moins. Ils ne parlent plus tout à fait la même langue. Un linguiste sud-coréen estime qu’un tiers des mots du quotidien diffèrent désormais d’un pays à l’autre. À Séoul, l’influence américaine et la mondialisation ont ajouté au vocabulaire des mots anglais : « shampoo », « manicure » (qui signifie vernis à ongles) ou « juice ». À Pyongyang, au contraire, le régime entend purifier la langue de toute influence extérieure : shampooing se dit « eau savonneuse pour cheveux ». Pour les réfugiés nord-coréens qui ont rejoint le Sud, des traductions sont nécessaires. Un même mot a parfois des sens différents : « agassi », « jeune fille » dans le Sud, signifie « esclave de la société féodale » au Nord.