19 mai 2015

Ça alors

Facebook veille à votre bien et au sien

Le jugement prononcé hier à l’encontre du chanteur Jean-Luc Lahaye, condamné pour corruption sur mineur, a mis en lumière la politique de Facebook en matière de surveillance. Le réseau social a contacté la police judiciaire française après avoir repéré des échanges d’images suspectes entre une jeune fille de 15 ans et le chanteur âgé alors de 60 ans. L’entreprise américaine utilise un algorithme qui scanne les messages privés et un logiciel qui analyse la nature des photos échangées. Quand un comportement douteux est repéré, des employés évaluent la gravité du cas. Cette politique n’a jamais été remise en cause pour la traque des pédopornographes, mais une action de groupe est en cours aux États-Unis pour que l’entreprise cesse de scanner les messages privés en vue de cibler les publicités. Répondant à Rue89, les avocats de Jean-Luc Lahaye invoquent la législation française sur le secret des correspondances et disent envisager de porter plainte.