20 mai 2015

Ça alors

L’Arabie saoudite en manque de bourreaux

L’Arabie saoudite cherche huit personnes susceptibles de procéder à des exécutions par décapitation. Les petites annonces ont été mises en ligne sur le site du ministère de la Fonction publique. Le besoin est d’autant plus pressant que la fréquence des condamnations augmente. 85 personnes ont été exécutées depuis le début de l’année, cinq de moins que pour toute l’année 2014. Les nominations judiciaires intervenues en janvier avec l’intronisation du roi Salman ont permis de statuer sur des dossiers en attente, ont expliqué des diplomates cités par l’agence Reuters. L’Arabie saoudite punit par la mort le trafic de drogue, la contrebande d’armes, le meurtre et les crimes violents. Les exécutions ont le plus souvent lieu par décapitation sur la place publique. En 2014, le pays occupait la deuxième place du classement des exécutions établi par Amnesty International, derrière l’Iran et ses 289 mises à mort.