20 mai 2015

Ça alors

Les mobiles trop américains pour Moscou

La Russie aimerait être moins dépendante d’entreprises américaines comme Apple et Google pour faire fonctionner ses téléphones mobiles. Elle n’envisage cependant pas de créer un système d’exploitation national, mais plutôt de favoriser l’émergence d’un concurrent indépendant au code informatique ouvert et de subventionner les développeurs d’applications dédiées. Le ministre russe des Télécommunications a ainsi organisé mi-mai une réunion entre des ingénieurs de son pays et des représentants de Jolla, une société créée par des ex-employés de Nokia afin de lancer Sailfish, un système d’exploitation alternatif. La Russie en voudrait une version localisée, mais elle souhaite que le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud investissent eux aussi pour briser le quasi-monopole des systèmes Android et iOS, qui représentent à eux deux 96 % du marché mondial, selon le cabinet d’études IDC.