22 mai 2015

Tout s'explique

Le gouvernement conforté par les militants PS

Quel était l’enjeu du vote des militants socialistes ?

Les militants du Parti socialiste ont voté hier, à plus de 60 %, pour la motion présentée par le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis, soutenue par le gouvernement et par la maire de Lille Martine Aubry. Quatre motions, définissant l'orientation du parti, étaient soumises au vote. Celle des « frondeurs », opposés au gouvernement sur plusieurs textes dont la loi Macron, a recueilli 29 % des voix. Prochaine étape : les militants éliront le 28 mai leur premier secrétaire et devraient confirmer Jean-Christophe Cambadélis face au « frondeur » Christian Paul. Le congrès du parti se tiendra du 5 au 7 juin à Poitiers.

Quelles sont les conséquences pour la majorité présidentielle ?

À Riga (Lettonie), où il assiste à un sommet européen, François Hollande s’est félicité ce matin du résultat : « C’est bon pour l’action que je mène aujourd’hui pour la France. » De fait, les « frondeurs » qui espéraient mettre en minorité la direction du PS doivent revoir leurs ambitions à la baisse. « Il faut tourner la page de ce que les médias ont appelé la fronde parlementaire », a déclaré ce matin leur chef de file Christian Paul. Cependant, au-delà du résultat, le soutien des militants s’effrite. Le parti est confronté à une désaffection massive. Seuls 75 000 adhérents (sur 130 000) ont participé au vote. Depuis 2012, 40 000 militants ont quitté le parti.

Quel est le contenu de la motion qui l’a emporté ?

Pour permettre à Manuel Valls et Martine Aubry, opposés sur de nombreux sujets, de le signer, le texte de la motion majoritaire ne prend aucun risque. S’appuyant sur des mesures déjà engagées ou envisagées par le gouvernement, il souhaite unir « tous les progressistes dans un projet de transformation ». Un projet dont les contours sont parfois ambigus, comme sur le travail du dimanche. Le texte se dit opposé à « une nouvelle extension », sans préciser si cela s’applique avant ou après celle qui est prévue par la loi Macron, manière de contenter tout le monde. « Tout a été pensé, croyez-moi. J’ai passé des jours et des nuits à plancher pour éviter les coins », a expliqué Jean-Christophe Cambadélis à l’Obs.