29 mai 2015

C'est leur avis

La France hantée par le référendum de 2005

Dix ans après le « non » français au référendum européen (29 mai 2005), la journaliste des Échos Cécile Cornudet estime que le clivage entre la France du « oui » et la France du « non » persiste. Ce vote continue de hanter la vie politique française et conduit la droite comme la gauche à nourrir un double discours malsain sur l’Europe.

« En façade, le PS et l’UMP sont européens. En leur sein, ils sont traversés de doutes et d’ambiguïtés. […] Européistes quand cela les arrange, critiques quand il faut plaire aux Français : ce double langage n’a non seulement pas réenchanté le rêve européen, il a contribué à creuser le fossé entre les électeurs et leurs responsables politiques. […] Il y a désormais deux France. Une France du “non” au référendum, qui se trouve être celle du vote FN et du scepticisme face aux mobilisations du 11 janvier. Et une France du “oui” qui s’est dans bien des cas éloignée de l’idée européenne… à force de voir ses dirigeants avoir l’Europe honteuse. » Cécile Cornudet