9 juin 2015

Tout s’explique

Le gouvernement mise sur les petites entreprises

Quelles sont les mesures dont elles bénéficieront ?

Le Premier ministre a présenté ce matin plusieurs mesures en faveur des entreprises de moins de 250 salariés (TPE-PME). Les indemnités prud’homales versées en cas de licenciement contesté seront encadrées par un barème fixé par le gouvernement. Le plancher et le plafond dépendront de la taille de l’entreprise et de l’ancienneté du salarié. Pour le président du Medef Pierre Gattaz, cela donnera de la visibilité aux employeurs qui connaîtront à l’avance le coût d’un licenciement. Une prime de 4 000 euros sera versée aux entreprises sans aucun salarié qui effectuent leur première embauche d’ici juin 2016. L’effet de franchissement des seuils sociaux (10, 20 ou 50 salariés), déclenchant de nouveaux prélèvements fiscaux et sociaux, sera gelé pendant les trois prochaines années pour les entreprises de moins de 50 salariés.

Les CDD sont-ils fortement utilisés par les entreprises ?

Manuel Valls prévoit d’autoriser pour toutes les sociétés le renouvellement du CDD une seconde fois, sans excéder une durée totale de 18 mois. Ce contrat est plébiscité par les employeurs : 86 % des embauches se sont faites en CDD au dernier trimestre 2014, selon le ministère du Travail. Au début de son quinquennat, François Hollande jugeait pourtant le nombre de CDD trop important. Le président avait demandé de mettre un terme à cet excès et d’atténuer le phénomène.

Pourquoi le gouvernement cible-t-il les petites entreprises ?

Sur les 3,1 millions d’entreprises implantées en France, les TPE-PME représentent près de 70 % de l’emploi salarié privé. Elles sont aussi celles qui embauchent le plus : selon une étude du cabinet d’audit KPMG, plus de 80 % des 2,8 millions d’emplois créés en France ces 20 dernières années l’ont été par des PME. Elles sont en revanche les plus touchées en cas de turbulences économiques.