17 juin 2015

Tout s’explique

Le FN constitue un groupe parlementaire européen

Avec quels partis sera-t-il formé ?

Marine Le Pen a annoncé ce matin la constitution d’un groupe au Parlement européen. Baptisé « Mouvement pour l’Europe des nations et des libertés » (MENL), il comptera dans ses rangs le Front national (FN), le FPÖ autrichien, le PVV néerlandais, la Ligue du Nord italienne, le Vlaams Belang belge, le KNP polonais et la députée britannique Janice Atkinson. Jean-Marie Le Pen, écarté par le FN, n’en fera pas partie, tout comme Bruno Gollnisch, par fidélité à celui-ci. Pour former un groupe, il fallait réunir au moins 25 eurodéputés d’au moins un quart des États membres, soit sept pays. Deux nationalités manquaient jusqu’ici au FN et à ses alliés. Aujourd’hui 36 eurodéputés, dont 21 FN, et sept nationalités composent le nouveau groupe, le huitième et le plus petit de l’hémicycle. Marine Le Pen en sera la présidente.

Qu’est-ce qui a rendu possible sa constitution ?

Le Front national et ses alliés ont profité de l’arrivée de la Britannique Janice Atkinson, exclue de UKIP en mars sur des soupçons de fausses factures, mais aussi du KNP polonais, qui était isolé avant d’écarter son élu révisionniste et homophobe Janusz Korwin-Mikke. Le FN s’est lui-même rendu plus fréquentable en suspendant son président d’honneur Jean-Marie Le Pen après ses récents dérapages. Sa présence rendait difficile la conciliation avec d’autres partis. En 2014, l’europhobe britannique Nigel Farage avait refusé que le FN fasse partie de son groupe, estimant que « l’antisémitisme est dans l’ADN » du parti français.

À quoi va-t-il servir ?

La constitution d’un groupe parlementaire permettra au FN et ses alliés de recevoir environ 20 millions d’euros de subventions du Parlement sur les quatre prochaines années. Le MENL se verra confier un bureau où il disposera de son propre secrétariat sans dépendre du personnel du Parlement. Il se verra offrir un temps de parole plus important dans l’hémicycle. Marine Le Pen pourra gagner en influence en siégeant à la conférence bimensuelle des présidents.