22 juin 2015

C'est leur avis

La défense d’un chauffeur UberPop

Interdit par des arrêtés préféctoraux dans six villes, UberPop continue de susciter des tensions avec les taxis. Fabian Daurat, un particulier qui utilise le service pour transporter des passagers, explique son choix sur Rue89.

« La raison pour laquelle je ne puis me professionnaliser, outre mon absence totale de fonds, c’est que cela m’aspirerait dans une surenchère en termes de quantité de travail. Or, j’ai deux enfants à élever et une épouse qui travaille du matin au soir. J’ai le droit de faire le choix de travailler moins pour gagner moins ! […] J’ai le droit de faire ce que je fais sans être traité de salaud, sans être pourchassé par la police, car je subviens aux besoins de ma famille sans voler quiconque. Oui, sans voler, car Dieu sait que les passagers, nombreux, venus à moi, n’ont fait que fuir les taxis, à l’encontre desquels ils égrainent, dans ma voiture, inlassablement et unanimement, leurs griefs. » Fabian Daurat