25 juin 2015

Ça alors

Moins de prisonniers après l’ouragan Katrina

Avant l’ouragan Katrina, en 2005, le taux d’incarcération de la Nouvelle-Orléans était quatre fois supérieur à la moyenne américaine. Mais depuis la catastrophe et la rénovation de la prison municipale, la population carcérale a chuté de 67 %, indique un cabinet d’analyse local indépendant. Profitant de la reconstruction, la ville a décidé d’en réduire le nombre de places (de 5 832 à 1 438). Désormais, seules les personnes susceptibles de fuir ou de commettre d’autres crimes sont placées en détention provisoire. À l’inverse, entre 2003 et 2004, plus de la moitié des prisonniers n’avaient pas été poursuivis après avoir été incarcérés, selon Metropolitan Crime Commission, une association destinée à améliorer le fonctionnement de la justice. Certains délits mineurs comme la possession de marijuana ne sont plus punis par des peines de prison et un plus grand nombre de suspects peuvent sortir sans payer une caution.