29 juin 2015

Tout s'explique

Des attentats en France, en Tunisie et au Koweït

Attaque contre une usine de gaz en Isère

Un attentat a été commis ce matin dans une usine de gaz industriel Air Products à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Un véhicule a foncé contre un bâtiment, percutant des bouteilles de gaz et causant une explosion. Un homme a été décapité et sa tête a été placée sur le grillage de l’usine, à côté d’un drapeau avec une inscription rédigée en arabe. C’est l’unique victime. « L’intention ne fait pas de doute, il s’agissait de provoquer une explosion. C’est une attaque de nature terroriste », a réagi François Hollande. Un suspect de 35 ans a été arrêté et identifié. Il avait fait l’objet d’une surveillance entre 2006 et 2008. Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a évoqué « plusieurs gardes à vue », sans en préciser le nombre. Le site de Saint-Quentin-Fallavier est classé Seveso « seuil bas ». Cela signifie que l’usine comporte des risques industriels, mais que la quantité de matières dangereuses demeure limitée.

Attentat devant des hôtels à Sousse en Tunisie

La Tunisie a également été frappée par une attaque devant deux hôtels de la zone touristique de Sousse, dans l’est du pays. Des tirs ont éclaté en début d’après-midi sur une plage et le dernier bilan fait état de 27 morts, dont plusieurs touristes et l’assaillant. Les autorités ont évoqué « une attaque terroriste ». La Tunisie est en état d’alerte maximale depuis l’attentat contre le musée du Bardo, à Tunis, qui a fait 22 morts, dont 21 touristes étrangers, le 18 mars.

Explosion dans une mosquée de Koweït

Une explosion a également eu lieu dans une mosquée chiite de la capitale du Koweït. Plusieurs témoins ont vu un homme déclencher la bombe qu’il portait sur lui. L’attaque a été menée pendant la grande prière et au moins 25 personnes ont été tuées. Le groupe sunnite État islamique a revendiqué cette action, au contraire des cas français et tunisiens.