7 juillet 2015

Tout s’explique

La glissade des Bourses chinoises

Pourquoi les Bourses dégringolent-elles ?

Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont perdu près de 30 % de leur valeur en trois semaines. Avant cette dégringolade, la valeur de ces deux places avait plus que doublé en un an, dopée par les investissements des ménages qui s’endettent pour investir. Dans le but de ralentir cette frénésie, le gouvernement a durci début juin les conditions d’achats de titres. Les investisseurs y ont vu une volonté de faire éclater la bulle financière et ont revendu leurs titres en masse. Depuis, le gouvernement peine à enrayer la chute : la Bourse de Shanghai a de nouveau baissé aujourd’hui (-1,29 %), malgré les promesses de liquidités supplémentaires. 28 entreprises ont suspendu samedi leur introduction en Bourse en raison de la volatilité des cours.

Le gouvernement a-t-il poussé les Chinois à investir ?

La croissance chinoise a été réduite à 7,4 % en 2014, avant de décélérer encore au premier trimestre à 7 %. C’est son plus bas niveau depuis six ans. Ce ralentissement de l’économie a entraîné une crise de l’immobilier. Le nombre de logements vacants pousse les investisseurs potentiels vers la Bourse. Le gouvernement a lui-même encouragé par des mesures financières ce transfert de capitaux qui soutient les entreprises et renforce le pouvoir d’achat des consommateurs lorsque le marché progresse. Depuis 2014, 170 millions de nouveaux comptes titres ont été ouverts, dont près de 20 millions en mai, ont indiqué les autorités financières.

Qui sont les investisseurs ?

À la différence des grands marchés d’actions occidentaux, dominés par les professionnels de la gestion d’actifs, la Bourse chinoise est principalement animée par des investisseurs individuels, qui représentent environ 85 % des transactions. En Chine, où l’épargne est abondante, les petits investisseurs n’ont pas beaucoup d’autres options pour profiter de placements attractifs. Ces profils se caractérisent, selon plusieurs analystes chinois, par un comportement instable et des connaissances limitées sur le fonctionnement du marché.