10 juillet 2015

Vu et approuvé

Le « grolar », mi-ours polaire mi-ours brun

Provoquée par le réchauffement de la planète, la fonte des glaces réduit l’habitat des ours polaires de 8 % chaque décennie. Doté de bonnes capacités d’adaptation, cet animal est toutefois vulnérable face à la rapidité du changement climatique, comme l’explique le dossier photo et vidéo proposé par Arte Future. Si l’homme ne prend pas d’initiative en faveur du climat et s’il perturbe davantage l’ours polaire par ses extractions d’hydrocarbures dans l’Arctique, l’espèce pourrait disparaître. Alors que les ours polaires sont chassés de leur territoire et que les ours bruns remontent progressivement vers le Nord, les scientifiques prévoient l’essor d’un animal hybride, le « grolar » ou « pizzly », né de l'union des deux espèces. Possédant des caractéristiques communes à ses deux parents, cet animal métissé n’est néanmoins véritablement adapté ni à l’Arctique ni aux forêts et à la toundra et ses chances de survie restent inconnues.