13 juillet 2015

Tout s’explique

Accord sur un plan financier pour la Grèce

Alexis Tsipras a-t-il obtenu quelque chose ?

Les dirigeants de la zone euro ont annoncé ce matin, après un week-end de négociations, un accord pour un plan de sauvetage financier de la Grèce. Le Premier ministre Alexis Tsipras a dû se résoudre à accepter des mesures dures pour éviter la perspective d’une sortie de la zone euro. Athènes devra faire passer avant mercredi une première série de réformes prioritaires, notamment sur la TVA et sur les retraites. En contrepartie, le pays obtient un plan d’aide de plus de 80 milliards d’euros et la perspective d’un étalement de ses remboursements. « Un compromis forcé vaut mieux que la mort subite de notre économie », a commenté sur RFI le ministre grec de la Réforme administrative George Katrougalos.

Qu’est-ce que le « fonds de gestion des actifs grecs » ?

Parmi les mesures annoncées figure la création d’un fonds dans lequel seront transférés des actifs d’une valeur de 50 milliards d’euros avec pour mission de les privatiser. Ces nouvelles ressources iront pour moitié à la recapitalisation des banques grecques, pour un quart au désendettement et pour un quart à des investissements. Alexis Tsipras a réussi à empêcher que ce fonds soit basé au Luxembourg, une demande de l’Allemagne qui aurait représenté une « humiliation » selon le chef du gouvernement italien Matteo Renzi. Finalement, le fonds sera géré en Grèce, mais sera placé sous la supervision des institutions européennes.

Que doit-il se passer dans les prochains jours ?

Le gouvernement grec a décidé de prolonger la fermeture des banques au moins jusqu’à mercredi et de maintenir le contrôle des capitaux. Il doit organiser en début de semaine le vote du plan et des premières réformes, ce qui risque de diviser le parti Syriza au pouvoir. Au moins huit autres parlements européens seront appelés à avaliser l’accord. Un vote est prévu mercredi à l’Assemblée nationale et vendredi en Allemagne. Les ministres des Finances de la zone euro ont repris leurs discussions cet après-midi pour envisager des solutions financières transitoires avant l’adoption du plan d’aide. La Grèce doit en effet rembourser à la Banque centrale européenne une échéance de 3,5 milliards d’euros d’ici au 20 juillet.