21 juillet 2015

C’est leur avis

Leçon à l’Allemagne pour bien traiter la Grèce

Économiste adepte des « thérapies de choc » pour les pays en difficulté, le spécialiste du développement Jeffrey Sachs estime que l’Allemagne est allée beaucoup trop loin dans ses demandes vis-à-vis de la Grèce.

« Pour surmonter une crise économique, le créancier doit être intelligent et mesuré. Il est normal d’exiger des réformes fortes d’un gouvernement débiteur mal géré, mais si celui-ci est poussé trop loin, c’est la société qui casse, menant à l’instabilité, la violence et la souffrance. Non seulement le débiteur a beaucoup à perdre, mais aussi les créanciers puisqu’ils ne seront pas remboursés. […] Quelle qu’en soit la raison, l’Allemagne a maltraité la Grèce, échouant à offrir l’empathie, l’analyse et l’allègement de la dette qui sont pourtant nécessaires. […] Les exigences allemandes ont plongé la Grèce dans un quasi-effondrement, avec des conséquences potentiellement désastreuses pour la Grèce, l’Europe et la réputation globale de l’Allemagne. » Jeffrey Sachs