21 août 2015

Tout s’explique

Élections anticipées en Grèce en septembre

Pourquoi Tsipras a-t-il démissionné hier ?

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a annoncé hier soir la démission de son gouvernement et la tenue d’élections anticipées. Elles auront lieu fin septembre. Lors des premiers votes au Parlement sur les réformes d’austérité, Alexis Tsipras avait perdu le soutien de 43 députés de sa coalition et n’avait pu faire passer ses projets que grâce à l’apport de voix de la droite et du centre. Il est donc à la recherche d’une nouvelle majorité à même de le soutenir dans l’exécution des futures réformes sur lesquelles le pays s’est engagé auprès de ses créanciers. Plateforme de gauche, un rassemblement anti-austérité, considère qu’Alexis Tsipras a fait le choix d’un calendrier rapide pour que les élections se tiennent avant que les Grecs ne ressentent les effets des premières réformes.

Pourquoi Syriza est-il en train d’éclater ?

L’aile gauche de Syriza, le parti de gauche radicale au pouvoir depuis janvier, a annoncé ce matin la création d’une nouvelle formation indépendante. Baptisée « Unité populaire », elle sera dirigée par l’ancien ministre de l’Énergie Panagiotis Lafazanis, figure de la fronde contre le plan d’aide et favorable à une sortie de la zone euro. L’ancien ministre des Finances Yanis Varoufakis n’en fait pas partie. 25 députés de Syriza ont signé la lettre annonçant le lancement de la nouvelle formation. Cet effectif en fait la troisième formation politique de Grèce en nombre de parlementaires.

Qui va gouverner le pays jusqu’aux élections ?

En cas de démission d’un gouvernement, la Constitution grecque prévoit que les partis d’opposition tentent de former une nouvelle coalition. Evangelos Meïmarakis, le nouveau chef de Nouvelle démocratie (droite), a ainsi reçu ce matin le mandat du président grec, mais a peu de chances d’y parvenir : il aurait besoin du soutien des députés de Syriza pour réussir. En cas d’échec dans les trois jours, le président de la République peut choisir de demander à Alexis Tsipras d’assurer l’intérim ou bien à la présidente de la Cour suprême Vassiliki Thanou-Christophilou.