3 septembre 2015

Tout s'explique

La pression s’accroît sur l’Europe au sujet des migrants

Comment la publication de la photo d’un enfant mort a-t-elle représenté un déclic ?

Une grande partie des journaux européens ont publié ce matin la photo d’un enfant mort, échoué sur une plage turque. L’image, particulièrement choquante, montre Aylan Kurdi, un Syrien de trois ans, le visage face contre terre, mort noyé après avoir tenté de rejoindre l’Europe avec sa famille. Sa diffusion a été démultipliée par sa reprise sur les réseaux sociaux. La presse britannique, dont une partie est d’ordinaire virulente avec les réfugiés, a unanimement publié le cliché en s’interrogeant sur la responsabilité européenne. Le quotidien belge Le Soir estime qu’il faut « montrer le drame humanitaire pour qu’il soit prouvé ». Le Monde a intitulé son éditorial « Réfugiés : une photo pour ouvrir les yeux ».

Quelle est la réaction des pays européens ?

Les dirigeants européens ont lancé de nouvelles initiatives aujourd’hui. François Hollande et Angela Merkel se sont mis d’accord sur le principe de « quotas contraignants » pour l’accueil des migrants par les pays de l’Union européenne. Une proposition défendue par la Commission européenne depuis mai, mais rejetée jusqu’à présent par la plupart des pays, dont la France et l’Espagne. Elle sera soumise le 14 septembre au Conseil des ministres européens de l’Intérieur. La Commission a par ailleurs proposé aux États membres d’accueillir 120 000 demandeurs d’asile supplémentaires arrivés en Grèce, en Italie et en Hongrie. Avant l’été, les membres de l’UE s’étaient mis d’accord sur une répartition a minima de 40 000 migrants sur la base du volontariat.

Pourquoi les efforts du continent sont-ils jugés insuffisants ?

« Des parties du monde bien plus pauvres connaissent des afflux nettement plus importants », relève The Economist. Sur les 4 millions de Syriens que le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés a pris en charge depuis 2011, 1,8 million sont accueillis en Turquie (sur 74,9 millions d’habitants). Le Liban en recense 1,1 million, soit environ 25 % de sa population totale. Par comparaison, 348 540 Syriens ont demandé l’asile en Europe depuis 2011 et 10 000 ont été accueillis en France, indique le ministère des Affaires étrangères. Selon l’agence de surveillance des frontières européennes Frontex, 340 000 migrants sont entrés dans l’UE légalement et illégalement entre janvier et juillet.