10 septembre 2015

Ça alors

Combattre Amazon en raflant les stocks d’un éditeur

Beaucoup de Japonais attendaient impatiemment la sortie, aujourd’hui, du dernier livre de Haruki Murakami, l’un des auteurs les plus célèbres du pays. Mais la plupart des lecteurs ont dû se détourner des magasins en ligne comme Amazon ou Rakuten pour se procurer l’ouvrage. L’enseigne spécialisée Kinokuniya s’est accaparée 90 % des 100 000 premiers exemplaires imprimés. Cette initiative a deux objectifs : siphonner les librairies en ligne et dynamiser l’activité des lieux de vente traditionnels. Le réseau qui compte 66 boutiques au Japon a prévenu qu’il revendra une partie de son stock aux librairies de quartier. Les libraires japonais déplorent de ne pas réussir à s’approvisionner avec suffisamment de best-sellers, la plupart des exemplaires étant accaparés par les géants du Net. Amazon a expliqué qu’il se contentait de satisfaire sa demande. Il existe un prix unique du livre au Japon depuis 1953, mais Amazon parvient à séduire les clients en offrant les frais de port.