11 septembre 2015

C’est leur avis

Vigipirate entretient une confusion entre la guerre et la paix

En vigueur de manière quasi permanente depuis 1995 et l’explosion d’une voiture piégée devant une école juive de Villeurbanne, le plan Vigipirate est un dispositif antiterroriste peu efficace, estime Franck Johannès, journaliste au Monde spécialiste de la justice.

« Le dispositif Vigipirate, d’exceptionnel est devenu permanent bien que tous les professionnels de la sécurité en soient d’accord : il n’est d’aucune efficacité contre le terrorisme. Il n’a permis aucune arrestation, n’a aucun effet dissuasif – tous les auteurs d’attentats sont nés alors qu’il s’appliquait déjà – et il coûte un million d’euros par jour. […] Si le plan Vigipirate n’a pas de fonction opérationnelle, il en a nécessairement d’autres : une fonction politique assurément, mais qui s’émousse au bout de vingt ans, et une fonction sociale, plus subtile, mais plus dangereuse : entretenir, par le quadrillage militaire, une confusion entre la guerre et la paix. » Franck Johannès