11 septembre 2015

Vu et approuvé

Derrière le viseur

L’Agence France-Presse a demandé à neuf de ses photographes de raconter dans de courtes vidéos l’histoire d’une image qui a marqué leur carrière. Évitant l’autopromo, les interviews, accessibles depuis une mosaïque de photos, révèlent l’équilibre délicat entre une prise de vue ratée et un cliché historique. Gabriel Bouys témoigne ainsi de ses déboires lors d’une messe du pape Jean-Paul II en Slovénie. Ayant tout juste commencé à couvrir l’actualité du Vatican, il est stressé et lorsqu’un coup de vent fait s’envoler la coiffe du souverain pontife, il rate la photo. L’événement se produit de nouveau et il échoue encore. Alors que ses confrères d’autres agences partent envoyer leurs clichés, il reste, rassemble toute sa concentration et capte enfin une image du pape luttant contre une nouvelle bourrasque. Cette fois, la photo est iconique : elle sera affichée partout dans la ville de Rome lors des funérailles de Jean-Paul II en 2005.