16 septembre 2015

C'est leur avis

Nous travaillons pour Facebook sans le savoir

Par notre activité sur les réseaux sociaux, nous travaillons sans nous en rendre compte pour les géants du Net. Le sociologue Antonio Casilli, interrogé par Libération, estime que nous créons de la valeur et enrichissons ces entreprises sans rémunération en contrepartie.

« Chaque publication, chaque commentaire ou même chacune de nos connexions sur une application mobile ou un réseau social peut être considéré comme un processus assimilable à du travail. Quand je partage une information ou un conseil, a fortiori quand je mets en ligne un texte plus élaboré, je produis un contenu doté d’une valeur intrinsèque qui est captée par les plateformes numériques, et qui leur profite. […] Avec les smartphones, les montres et les objets connectés disséminés dans notre quotidien, chacune de nos actions produit désormais des données qui alimentent le Big Data des entreprises de l’Internet. À chaque instant, nous travaillons pour le complexe numérico-industriel sans même y penser. » Antonio Casilli