22 septembre 2015

Ça alors

La Hongrie repousse les migrants dès le Liban

Le Parlement hongrois a adopté hier une législation renforçant les pouvoirs de la police et de l’armée. Désormais, les forces de l’ordre sont autorisées à employer contre les migrants toutes sortes d’armes non létales (balles en caoutchouc, grenades lacrymogènes, fusils à filet, etc.). Très virulent à l’encontre des migrants qui traversent sa frontière, le gouvernement a acheté des espaces publicitaires dans la presse libanaise pour dissuader les candidats à l’émigration. Le Liban accueille plus d’un million de réfugiés syriens ayant fui leur pays en raison de la guerre. Un texte, écrit en anglais et en arabe dans trois journaux, les prévenait hier que « les mesures les plus sévères possibles sont prises contre ceux qui tentent d’entrer en Hongrie illégalement » et qu’ils risquent trois ans de prison. La Hongrie s’inspire du Danemark, qui avait également publié des encarts dissuasifs dans quatre journaux libanais le 7 septembre.