28 septembre 2015

C’est leur avis

Le choix irrationnel de la LGV

Le gouvernement a approuvé samedi les projets de lignes ferroviaires à grande vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. La commission d’enquête publique avait pourtant rendu un avis négatif à leur sujet, jugeant que les aspects environnementaux n’avaient pas été assez pris en compte. L’éditorialiste des Échos Jean-Francis Pécresse dénonce une décision à contre-courant.

« Un déni de démocratie participative, une atteinte portée à l’environnement, un projet économiquement irrationnel : c’est une décision triplement incompréhensible qu’a rendue ce week-end le gouvernement de Manuel Valls en donnant un feu vert à la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Bordeaux à Dax et à Toulouse. […] Devant les difficultés du TGV, face à l’explosion du coût des grandes infrastructures, on pensait en avoir fini avec l’obsession de la très grande vitesse lorsque celle-ci franchit les limites du rationnel. C’est le contraire qui se produit. » Jean-Francis Pécresse