8 octobre 2015

Tout s'explique

Platini et Blatter suspendus de leurs fonctions à la Fifa

Pourquoi cette décision ?

Le comité d’éthique de la Fédération internationale de football (Fifa), un tribunal interne, a suspendu ce matin le président Joseph Blatter et son vice-président Michel Platini pour 90 jours. L’ancien vice-président Chung Mong-joon est sanctionné de six ans de suspension et 91 000 euros d’amende. Cette décision est la conséquence du scandale qui avait éclaté le 28 mai, avec l’arrestation de 14 personnes soupçonnées de corruption, dont sept membres de la Fifa. Le 2 juin, tout juste réélu, Joseph Blatter avait annoncé sa démission, effective le 26 février prochain. Parmi les enquêtes en cours, la justice suisse s’intéresse à un versement de 1,8 million d’euros que Joseph Blatter a octroyé à Michel Platini en 2011. L’ancien footballeur français a reconnu son existence et l’a justifié par « un travail accompli de manière contractuelle pour la Fifa » entre 1999 et 2002.

Cela hypothèque-t-il les chances de Platini de se présenter à la présidence ?

Malgré sa suspension, Michel Platini a maintenu sa candidature à la présidence de la Fifa. Il a déclaré aujourd’hui avoir anticipé la sanction et remis les lettres de soutien indispensables à sa participation au scrutin du 26 février. « Il reviendra à une justice sereine, indépendante et impartiale de faire la lumière sur les faits qui ont valu à la commission d’éthique de la Fifa d’ouvrir une procédure d’instruction », a écrit celui qui est aussi le président de l’UEFA, l’organisation qui réunit les fédérations européennes. Le Comité international olympique, qui a entrepris plusieurs réformes anticorruption, a réclamé cet après-midi un « candidat extérieur de haute intégrité ».

Qui va assurer l’intérim à la présidence de la Fifa ?

La Fifa a annoncé qu’Issa Hayatou, 69 ans, prendra la tête de la Fifa pendant 90 jours. Ce Camerounais est président de la Confédération africaine de football depuis 1988. Il s’est déjà présenté pour prendre la tête de la Fifa en 2002, sans succès. Proche de Joseph Blatter, il l’a plusieurs fois surnommé « l’ami de l’Afrique » et appelle à voter en faveur du Suisse à chaque scrutin depuis 2006. Aucune enquête ne pèse sur lui, mais l’hebdomadaire britannique Sunday Times affirme qu’il a touché 1,3 million d’euros en échange de son vote en faveur de la candidature du Qatar pour l’organisation de la Coupe du monde 2022.