14 octobre 2015

Tout s’explique

Regain de violence en Israël

Comment expliquer les violences ?

L’armée israélienne et la police ont commencé aujourd’hui à placer des barrages autour de Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville, après une vague d’attaques à l’arme blanche. Une nouvelle tentative a échoué aujourd’hui à Jérusalem-Est. Son auteur a été abattu par la police. Une vingtaine d’attaques ont eu lieu depuis le 3 octobre, principalement à Jérusalem, dont une à l’arme à feu et une à la voiture bélier. Sept Israéliens et au moins 30 Palestiniens sont morts dans ces agressions ou dans des affrontements avec l’armée. Les violences ont débuté par des affrontements mi-septembre entre la police israélienne et des musulmans, conséquence d’une décision gouvernementale d’interdire l’accès de la mosquée Al-Aqsa, troisième lieu saint de l’islam, à un groupe de fidèles radicaux. Les tensions avaient été ravivées fin juillet avec la mort d’un bébé palestinien lors d’un incendie volontaire attribué par la police à des colons israéliens.

Pourquoi les attaques au couteau sont-elles privilégiées ?

Le couteau de cuisine est un objet du quotidien qui ne requiert aucun entraînement et s’avère facilement dissimulable. Plusieurs attaques ont eu lieu dans les transports en commun. La chaîne de télévision Channel 2 a invité des spécialistes de l’autodéfense pour montrer des parades spécifiques. Tandis que les ventes d’armes à feu bondissent, une porte-parole du ministère de la Sûreté publique a constaté une augmentation des demandes de permis de port d’arme se chiffrant « en dizaines de pour cent » depuis dix jours.

Peut-on parler d’Intifada ?

« Intifada » est un terme arabe signifiant « soulèvement ». Il désigne une révolte contre un régime oppresseur ou un ennemi étranger. Deux mouvements d’opposition populaire ont eu lieu contre l’armée israélienne dans les territoires occupés. La première Intifada remonte à 1987 et dura près de six ans. Elle a éclaté après une série de faits divers, dont un accident de la route et un meurtre. La deuxième Intifada s’est déroulée entre 2000 et 2005, après la revendication par le Premier ministre israélien Ariel Sharon de la souveraineté de l’esplanade des mosquées à Jérusalem. Près de 7 000 personnes sont mortes durant ces deux périodes, dont plus de trois quarts côté Palestiniens. Les événements actuels ont donné naissance à l’expression d’Intifada « des couteaux ».