22 octobre 2015

C’est leur avis

Le cadeau de Netanyahou aux négationnistes

Le Premier ministre israélien a déclaré mardi, devant le Congrès sioniste mondial, que Hitler ne voulait pas initialement « exterminer les juifs, seulement les expulser », puis qu’il a été influencé par le mufti de Jérusalem. L’historien Élie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en France, estime sur le site I24News que ces propos de Benjamin Netanyahou font le jeu du négationnisme.

« Dans l’imagination fébrile de notre Premier ministre, le mufti précède le Führer et le supplante, les Palestiniens sont les maîtres et les Allemands, les élèves. […] En faisant d’un collaborateur minable, représentant d’une province marginale de l’Empire britannique, le principal promoteur de la Solution finale, il offre un cadeau inespéré aux négationnistes de tout poil : si lui le dit, c’est que c’est vrai, Hitler n’est pas si coupable que cela. Cette fois, il dédouane du même coup tout ce que l’Europe compte d’extrêmes droites plus ou moins nostalgiques du fascisme, voire du nazisme. » Élie Barnavi