23 octobre 2015

Tout s'explique

Les migrants bloqués en Slovénie

Quelles sont les conséquences de la fermeture de la frontière hongroise ?

Dépassée par l’afflux de migrants, la Slovénie a demandé hier l’aide de l’Union européenne. Le ministère de l’Intérieur a déclaré que 47 510 personnes étaient arrivées depuis le 17 octobre, dont 12 500 entre mercredi et jeudi. C’est un chiffre plus important que ceux enregistrés en Hongrie en septembre. Cette situation est la conséquence de la fermeture par la Hongrie de sa frontière avec la Croatie la semaine dernière, après celle avec la Serbie en septembre. La Slovénie, qui ne compte que deux millions d’habitants, est ainsi devenue la porte d’entrée privilégiée pour entrer dans l’espace Schengen. Ljubljana réclame à l’UE 140 millions d’euros ainsi qu’une assistance humaine pour faire face au flux.

Comment vivent les migrants ainsi retenus ?

Plusieurs milliers de migrants sont en attente en plusieurs points de la frontière entre la Croatie et la Slovénie, dans le froid et la pluie. Interrogée par RFI, une représentante de Médecins sans frontières revenant de ces zones de transit décrivait mardi une situation d’« extrême tension » et l’absence d’infrastructure obligeant les migrants à dormir en plein air. Le HCR estime que 5 000 d’entre eux sont en attente à Berkasovo, plus à l’est, à la frontière entre la Serbie et la Croatie, dormant eux aussi dehors malgré les températures glaciales. Autre point de passage, la République tchèque, soumise à une pression moins forte, a été critiquée hier par l’ONU pour la détention « systématique » de migrants, enfants compris, dans « des conditions dégradantes ».

Que compte faire l’Europe ?

Le commissaire européen à la Migration Dimitris Avramopoulos a affirmé jeudi que la Commission était « prête à aider la Slovénie à la fois techniquement et financièrement ». L’Union européenne organisera dimanche à Bruxelles un mini-sommet européen rassemblant dix pays confrontés à la crise des migrants. Le Premier ministre slovène a déclaré hier que son pays pourrait construire une clôture pour empêcher les migrants de passer sa frontière si cette réunion ne débouchait pas sur un soutien européen suffisant. L’afflux de migrants inquiète également la Pologne, où il été au centre de la campagne pour les élections législatives qui auront lieu dimanche. Le parti populiste conservateur de l’ancien Premier ministre Jaroslaw Kaczynski est donné largement favori dans les sondages.