30 octobre 2015

C'est leur avis

Aller vite, c’est vérifier moins

Hier, plusieurs médias ont envoyé une alerte mobile annonçant à tort la mort du bâtonnier de Melun lors d’une agression, reprenant une information donnée par l’Agence France-Presse (AFP). En février, l’agence avait déjà enterré par erreur Martin Bouygues. Pour Éric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de l’Express, ce manque de fiabilité soulève la question de son utilité.

« Côté réactivité, il y a bien longtemps que nous ne comptons plus sur l’AFP. Les réseaux sociaux sont incomparablement plus efficaces, Twitter en tête, sans compter les autres médias, à l’étranger en particulier. […] Aller vite, c’est vérifier moins. Après l’affaire Bouygues, l’AFP avait promis de prendre des mesures. Visiblement, elles sont insuffisantes. Si chaque dépêche doit désormais être passée au sérum de vérité, le service va perdre de son intérêt. […] Pour elle, c’est une question de survie. » Éric Mettout