4 novembre 2015

Ça alors

Les temples bouddhistes japonais sur le déclin

12 000 des 76 000 temples bouddhistes que compte le Japon n’ont plus de moine résident pour les entretenir, selon une étude publiée le 11 octobre par le quotidien Asahi Shimbun. S’ils sont toujours gérés par des religieux venus de temples voisins, ils pourraient rapidement rejoindre les 434 temples qui ont fermé lors de la dernière décennie, selon le journal. Les funérailles sont la principale source de revenus de ces lieux de culte. Les Japonais y consacrent en moyenne plus de 17 000 euros, dont 4 000 euros reviennent au moine chargé de la cérémonie, selon une étude réalisée en 2008 par une association de consommateurs nippone. Les citadins se tournent peu à peu vers des solutions moins chères, explique The Economist. Pour survivre, les temples ruraux se diversifient, élargissant leurs services funéraires aux animaux domestiques ou ouvrant des cafés et des restaurants.